contexterèglementguideannexesinformationsgroupesbottinscénariospartenariats
membres du mois
+ 200 wons !
Jolies pièces de bois, pions vêtus de l’illusoire blanc ou du noir infâme manipulés entre leurs doigts experts dans cette nouvelle ville lumière. C’est leur couleur qui font aujourd’hui battre vos coeurs ; oubliez le passé, oubliez ce monde d’où vous venez car aujourd’hui vous n’êtes que de simples soldats destinés à leur faire remporter la victoire. À qui devrez vous allégeance ; plierez vous devant la science, l’esprit, la malice ou la décadence ? Faites votre choix, remportez la partie, car c’est le seul moyen de survivre au coeur d’Entropy. + plus



forum city-fantastique — célébrités asiatiques mais aussi occidentales — l'action se déroule à séoul en corée du sudaucune ligne minimum par post



+ 29 octobre 2017 — version 2 enfin arrivée ! plus d'informations ici !
+ 14 octobre 2017 — soirée chatbox à 20h les chats ♥
+ 6 octobre 2017 — publication des premières rumeurs du black jack. réagissez ici !
+ 29 septembre 2017 — lancement des missions spécifiques + promotion de no jihei en tant qu'admin !
+ 17 septembre 2017 — ouverture du forum !
nouveautés
fools (siwan)


 


fools (siwan)
Partagez | 
Aller à la page : 1, 2  Suivant

Sujet: fools (siwan)    Mer 20 Sep - 15:10
Ennui. Sous ses paupières teintées de lassitude. Les lèvres malmenées par la pression de ses dents depuis plusieurs minutes déjà. Yeseol se tourne et se retourne dans ce canapé au cuir si familier. Tout comme cet appartement. Qui n’est pas le sien. Mais ce n’est qu’un détail. Ce qui appartient à Siwan lui appartenait aussi, après tout. Hm. Il continue de zapper, chaine après chaine, sur le grand écran ornant le mur. Il est fatigué d’attendre, il est ici depuis des heures déjà. Cet après-midi, il avait décidé de sécher les cours mais il ne peut pas espérer retourner ainsi chez lui. Ses parents n’accepteraient pas ce genre de comportement. Et puis, il avait envie de voir son petit-ami. Yeseol est certain de l’emploi du temps de l’autre, il le connait par cœur. Il devrait être là, pourtant l’appartement demeure farouchement silencieux.

Le temps passe et finalement ses yeux se ferment, ne résistant plus au sommeil. Il a le simple geste d’attraper son manteau en fourrure et s’en couvrir. Le soleil disparait progressivement, les bruits dehors se font moindres. Son sommeil est sans rêve mais réparateur, peut-être, inconsciemment l’odeur de Siwan qui baigne l’appartement entier le rassure. Il lui manque tant.

Mais son sommeil est léger, il entend à peine le cliquetis de la sourire qu’il se lève en un bon, rapidement. Il arrange rapidement ses vêtements et ses cheveux. Il distingue à peine les formes dans la pénombre où l’appartement est à présent plongé. Yeseol enjambe la distance jusqu’à la porte en quelques pas. Sourire de gamin heureux sur les lèvres, il n’a pour première pensée que d’attirer Siwan à lui dès qu’il apparaitra et l’embrasser à en perdre la tête. Sa silhouette apparait. Suivi d’une autre. Embracées dans une étreinte intime. Il a un moment de pause.

Il n’y croit pas. Il ne peut pas. Et c’est la rage qui s’éprend de lui et d’un geste brusque il attrape le haut de la stature inconnue et le repousse loin de toutes ses forces. Regard furieux, il allume les lumières, et le braque sur l’inconnu. Un homme, peut-être légèrement plus vieux. Laid, mais Yeseol n’a jamais été objectif. « Qu’est-ce que tu te crois faire avec mon mec ? »

Voir le profil de l'utilisateur
avatar
☆ MESSAGES : 89 ☆ ARRIVÉE : 17/09/2017 ☆ PSEUDO : yoolee/hiba ☆ AVATAR : sungjar ☆ CRÉDITS : kisskiss ☆ WONS : 303
☆ POINTS : 370



Sujet: Re: fools (siwan)    Ven 22 Sep - 21:36

C'est un soir comme les autres. Un de ceux où Siwan sortira. Chasseur, prêt à conquérir. Toujours ce satané sourire qu'il arbore, armure qui ne le quitte jamais. Siwan, il n'a aucune pitié. Surtout pas lorsque les lumières tamisées du club dansent sur sa peau. Expression de vainqueur, pour toujours. Direction le bar. Il commande un whisky. Siwan, il aime bien prendre son temps. Enfin, en ce qui concerne l'alcool. Le déguster, en goûter toutes les saveurs. Mais ce qu'il préfère encore plus que ça, c'est observer. Le club, les gens. Ceux qui se croient beaux alors qu'ils ne sont que laideur. Ils le dégoûtent. Siwan a toujours aimé le beau. Les toiles, les œuvres qui respirent. (Yeseol) alors ces gens, ils sont bien en-dessous. Fort heureusement, certains relèvent le niveau. Les yeux de Siwan ne quittent pas la silhouette qui l'intrigue. Homme, bien bâti. Sourire charmeur et pourtant un gros lourd qui lui tourne autour. Il aurait pu l'envoyer valser mais il ne le fait pas. Siwan se doit d'agir. Animal, prédateur. Il sourit. Ses yeux glissent pour regarder la place des aiguilles sur sa Rolex. Battra t-il son record ? Peut-être bien. Il finit son verre cul-sec avant de se lever. Direction le dîner de ce soir. Et Siwan, il est sans aucune-gêne. Le moche, il le vire de son chemin. Il a la technique et la pratique pour approcher les gens. Stratégie bien huilée qu'il met en place et la proie craque. Quelques murmures, son corps qui se presse légèrement contre le sien. Et c'est comme ça qu'ils sortent ensemble du club. En route pour le magnifique appartement de Siwan. Décoré avec goût, soin. Beau, comme lui et tout aussi superficiel. Photos de famille ? Non. Rien de personnel, juste de la beauté. Et Siwan, il l'embrasse. Dans le taxi alors que la vitre est remontée et il a hâte d'arriver. De l'emmener chez lui, septième étage et septième ciel.

Dehors, tout est noir. Il n'y a que les néons qui dansent parfois. Les grands bâtiments dominent, le vide aussi. Ils arrivent vite chez lui. L'ascenseur dont les caméras filment des gestes qui sont tout sauf amicaux. Leurs mains baladeuses, les sourires et les baisers langoureux. C'est pas l'amour, juste la sexualité qui prend forme entre eux. Se révèle, comme la lune dans le ciel. Et puis vient la clé dans la serrure, la séparation de leurs deux corps qui ne durera plus bien longtemps. Ils rentrent, s'embrassent. Leurs lippes ne se lâchent pas. Et Siwan, il s'apprête à lui déboutonner sa chemise lorsque l'autre, il lui glisse des mains. Projeté, tiré. Hors d'atteinte. Et sans qu'il ait le temps de comprendre, les lumières s'allument et Yeseol est planté là. Les yeux noirs, sa putain de voix qui résonne. Et Siwan, il s'y attendait pas. Qu'est-ce que tu crois faire avec mon mec ? Il a envie d'hurler, de lui gueuler de dégager de là mais tout va trop vite. L'autre lui vole la vedette. « T'as un copain alors ? » Il regarde Siwan. « Non, c'est pas ce que tu crois. C'est juste lui qui...» L'agacement qu'on peut entendre dans sa voix. Siwan, c'est pas le genre à se justifier mais il veut pas que Yeseol gâche tout son plan. Et nuise à ses projets nocturnes. Siwan, il voudrait continuer à parler mais on l'en empêche. La voix de la proie qui résonne encore. « Peu importe, je crois que vous avez des choses à vous dire donc je vais y aller. » Et putain, Siwan il le voit qui le bouge pour sortir, se barrer et le laisser en plan pour la nuit. Et là, il ne pense pas à le rattraper. Il n'y a que Yeseol dans sa tête. Son prénom qui lui revient, mélodie mortelle et en boucle. Sa voix, ses mots. Le plus gros mensonge sorti d'entre ses jolies lippes. Il le regarde, l'observe et la colère explose. Porte refermée, claquée. « Qu'est-ce que tu fais là bordel ? » Il le foudroie du regard et il s'avance vers lui. Ses grandes mains finissent par l'empoigner. Il s'approche juste assez pour sentir son souffle. « T'es fier de toi ? » Le ton est calme mais il ne faut pas se méprendre. Siwan est toujours en colère. Encore plus lorsqu'il croise son regard. (non, encore moins) « Comment t'es entré ? » Il le lâche pour reculer et il se met à l'aise. Il est chez lui après tout. Il commence à déboutonner sa chemise. Ignore Yeseol physiquement mais continue de parler. « Je m'en fiche en fait. Dégage juste de chez moi. » Ton froid, glacial. Mais il lui réserve encore mieux. « Ta présence m'insupporte.» Et Siwan, il continue à faire comme si de rien n'était. Les vêtements glissent, direction la salle de bain. Il a besoin d'arrêter de penser. Que ce soit à ce qu'il a manqué ou à Yeseol. ça n'a rien de bon.
:bewd:  :bewd:  :bewd:

Voir le profil de l'utilisateur
avatar
☆ MESSAGES : 107 ☆ ARRIVÉE : 17/09/2017 ☆ PSEUDO : clem ☆ AVATAR : seo kangjoon ☆ CRÉDITS : @JOYCE KWEEN + astra (signa) ☆ WONS : 22


☆ ÂGE : vingt-trois ans.
☆ OCCUPATION : étudiant en commerce; manipulateur à ses heures perdues.
☆ STATUT/ORIENTATION : célibataire, volage mais poursuivi.
☆ POINTS : 307



Sujet: Re: fools (siwan)    Dim 1 Oct - 13:14
On dira qu’il est idiot, de continuer à courir derrière la chimère d’un amour qui n’existe plus. Peut-être bien que c’est le cas. Mais cette rupture est une chose que Yeseol ne peut accepter. Qu’il ne voudrait jamais accepter. Siwan lui appartient. Et ce n’est qu’en l’ayant perdu qu’il se rend compte à quel il l’aime. Il le sait depuis ces deux dernières années, seulement il en a une plus grande confirmation encore. Personne ne l’a jamais fait se sentir aussi aimé et chéri. Pourtant, lui a été un petit-ami exécrable, trompant l’autre à plusieurs reprises, pourtant sans la moindre raison apparente. Il avait fait du mal gratuitement à Siwan, c’était normal que ce dernier le lui rende, et le plus jeune voyait peu à peu disparaitre cette image d’homme doux et attentionné qu’il connaissait du brun. Il n’y avait que son mépris et ses regards durs à chaque fois que leurs yeux entraient en contact. Mais Yeseol ne compte pas baisser les bras pour autant. Il a passé un mois à pleurer sa rupture dans des bouteilles d’alcool hors de prix, mais à présent il compte reconquérir le cœur de l’autre. A vrai dire, il ne pense même plus à cette rupture, la reléguant à son imagination. Siwan et lui sont toujours en couple, c’est avec cette confirmation qu’il a vécu les trois mois d’après et qu’il se retrouve dans l’appartement de Siwan sans plus de cérémonie. Et il se retrouve rapidement après en face de Siwan et ce qui devrait être son plan du soir. Yeseol ne comprend rien et voit tout de suite rouge, envoyant valser l’inconnu le plus loin de Siwan. De son homme. Quoi que le concerné puisse en dire.

Une discussion s’entame entre les deux jeunes hommes et Yeseol en est un simple témoin oculaire, voyant qu’il n’y avait plus besoin s’interposer entre les deux. Finalement, l’inconnu se décide à partir sous le sourire vainqueur du garçon, mais celui un peu moins satisfait de Siwan. Une fois l’autre partie, la colère de Siwan revient à lui. Yeseol s’en fout, il peut tout encaisser, absolument tout, tant que cela vient de son petit-ami. « Je t’attendais. » Réponse innocente. Mais quand Siwan vient l’empoigner, il a du mal à réfréner un petit gémissement de douleur. Il couvre les mains de Siwan des siennes en tentant de lui faire lâcher prise. « J’ai tes clefs et je connais ton code. » Il disait ça sur ton suffisant, comme s’il exprimait quelque chose de parfaitement normal.

Siwan continue avec son ton froid. Comme s’ils n’étaient que des inconnus et ça fait putain de mal. Il l’ignore comme s’il n’était qu’un moins que rien, une poussière invisible sur son chemin qu’il piétinerait sans la moindre seconde pensée. Yeseol le laisse partir en direction de la salle de bain au début, passant une main sur le col de sa chemise pour la remettre en place puis dans ses cheveux. Une fois cela fait, il le rejoint dans la salle de bain. Siwan est déjà sous la douche et lui attrape un tabouret sur lequel il s’assoit face à lui. Il sait qu’il peut l’entendre malgré le bruit de l’eau. « Pourquoi tu ramènes un mec, alors que je suis là ? » Il est borné et stupide. « Je veux qu’on redevienne comme avant. Je dois m’excuser combien de fois d’être con ? Je peux faire n’importe quoi pour toi. » Il ne pense pas à sa fierté ni au fait qu’il ne supplie jamais qui que ce soit en temps normal, il a juste envie que tout redevienne comme avant.
:rollin: :rollin: :rollin:

Voir le profil de l'utilisateur
avatar
☆ MESSAGES : 89 ☆ ARRIVÉE : 17/09/2017 ☆ PSEUDO : yoolee/hiba ☆ AVATAR : sungjar ☆ CRÉDITS : kisskiss ☆ WONS : 303
☆ POINTS : 370



Sujet: Re: fools (siwan)    Mar 3 Oct - 20:55
La colère. Les gestes, les mots. Siwan qui se demande encore combien de temps ça va durer. Yeseol qui vient chez lui quand bon lui semble, le cercle vicieux qui ne fait que se répéter. Question lancée. Réponse qui ne tarde pas. Je t'attendais. Petit gémissement de douleur à sa prise. Mais Siwan, il lâche toujours. Il le déteste mais ce n'est pas un assez gros connard pour le briser. Lui porter des coups qui nuiraient, détruiraient Yeseol. Et puis il n'en a pas l'envie. C'est trop simple aussi. Siwan, ce n'est pas un animal. Il préfère manipuler que frapper; et puis c'est pathétique d'en venir aux mains. Surtout sur un aussi beau visage. Ses yeux parlent pour lui. Regard noir. Et puis c'est l'ignorance. Mains repoussées, distance qui vient entre eux. Glacée, la voix. Clefs, code. C'est vrai que Siwan avait été négligeant sur ces points. Il aurait dû tout changer. Jeter les photos, les souvenirs. Peut-être même déménager, s'éloigner le plus possible de Yeseol. Et pourtant, il reste. Peut-être par fierté mais aussi à cause de l'instinct. Il y a comme quelque chose qui le retient, un goût d'infini. L'inachevé. Faisant comme s'il n'existait pas, Siwan ne prend même pas la peine de l'observer. Il file sous la douche, les vêtements glissant sur le sol. Il n'allait pas discuter avec lui. Il ne voulait que son absence, rien d'autre. Mensonge. Mais Siwan aime croire qu'il contrôle ses sentiments mieux que personne, que ce n'est pas ce minable qui régit son cœur.

L'eau chaude, brûlante ou presque. Il se souvient de leurs douches, ensemble. Moments doux, intimes. Les caresses, les rires. Les jeux, juste deux gamins. Mais là, il est seul. Il y a désormais cette barrière, ce fossé qui se creuse entre eux. Siwan, il a la tête remplie de mille pensées. Il se demande s'il est parti, si pour une fois il a obéi. Et peut-être qu'il s'en doutait mais Yeseol est toujours là. Il l'entend qui rentre dans la salle de bain. Siwan ne se retourne pas. Il fixe simplement la paroi de la douche. Continue, gestes mécaniques. Et il sent qu'il s'assoit, qu'il parle. Les belles paroles, elles lui paraissent tellement amères. Colère, pourtant il aimerait bien que ce soit possible. Du moins, parfois. Mais Siwan, dès lors qu'il imagine une réconciliation; il ne peut pas s'empêcher de penser à la tromperie. A la douleur, à la peine. A son cœur qui se fissure lorsqu'il les imagine. Yeseol et ses amants, ceux qui prennent sa place à côté de l'homme qu'il aime. Dégoût, répulsion. C'est impossible.

Pensées mélancoliques oubliées. Amertume qui prend place. « Pourquoi ? Peut-être parce qu'on est plus ensemble. » Connard, enfoiré. Le reste sonne presque comme une lamentation. Son ton est étonnement calme. Siwan se retourne finalement pour le voir. Grande douche à l'italienne; il s'avance vers Yeseol. Corps nu mais il n'en a que faire. Il le fixe. Le dévisage de ses yeux luisants. Mais plus il s'approche, plus son expression devient sombre. « Toi et moi, c'est fini Yeseol. » Siwan fait quelques pas de plus. Il s'apprête à enfoncer le couteau un peu plus profondément. Il se penche légèrement, assez pour que la proximité soit aussi dérangeante pour l'un que pour l'autre. « Je ne t'aime plus. » Je te déteste même. C'est ça qu'il se dit. Belle toile mensongère; Siwan artiste. « Et il n'y a rien que tu puisses faire pour changer ça. » Dédain dans son regard. Il se redresse et attrape une serviette. Siwan s'essuie avant de la nouer autour de sa taille. Il finit par s'observer dans le miroir. Ses mains glissent sur son visage. Superficiel, égocentrique; oui. « T'oses me demander pourquoi je ramène un mec alors que t'en as baisés d'autres dans mon dos. » Il rit. « Ton côté comique ne cessera jamais de m'épater. » Sourire qui s'efface rapidement. Et il aime autant lui faire du mal qu'il déteste ça.





Voir le profil de l'utilisateur
avatar
☆ MESSAGES : 107 ☆ ARRIVÉE : 17/09/2017 ☆ PSEUDO : clem ☆ AVATAR : seo kangjoon ☆ CRÉDITS : @JOYCE KWEEN + astra (signa) ☆ WONS : 22


☆ ÂGE : vingt-trois ans.
☆ OCCUPATION : étudiant en commerce; manipulateur à ses heures perdues.
☆ STATUT/ORIENTATION : célibataire, volage mais poursuivi.
☆ POINTS : 307



Sujet: Re: fools (siwan)    Mar 3 Oct - 21:26
Détruit. C’est ce qu’il est âme, douleur mental et pourtant qu’il arrivait à ressentir tout le long de son échine, à l’image de plusieurs dagues qu’on enfonce de part en part. Sans jamais laisser la peau le moindre répit pour cicatriser. Et les doigts de Siwan se referment un peu plus autour de la lame. Il lui fait mal. Mais il est certain qu’il se fait du mal à lui-même aussi, il ne peut voir les choses autrement. Il n’imagine pas un amour de deux ans partir ainsi. Il ne peut pas croire que ce n’était qu’un mirage en plein désert. Même s’il sait, pertinemment, qu’il est la cause de tout. Le noyau de la destruction. Avant, il n’y avait pas de colère dans les regards de Siwan, pas d’animosité ou d’hostilité. Avant, dans ses iris, il y’avait juste le désir, la flamme qui s’embrasait quand il posait les yeux sur son corps partiellement dénudé, ses mains venant s’occuper d’ôter le reste. Yeseol veut remonter le temps. Les paupières closes, il prie. Qui, quoi, il ne sait pas. Il veut que son homme lui revienne parce qu’il se vide peu à peu sans lui. Les autres ne l’intéressent plus. Il n’a plus touché qui que ce soit depuis leur rupture. Malgré les nombreuses tentations. Son conscience, cette traitresse, voulant l’entrainer plus bas. S’il avait trompé son petit-ami sans la moindre gêne quand ils étaient en couple, pourquoi ne pas coucher avec d’autres maintenant qu’ils ne sont plus ensemble.

Plus de comptes à rendre. A personne.

Yeseol déteste cette pensée. Il l’envoie valser derrière sa frêle épaule. Elle n’a pas lui d’être. Bien sûr qu’ils ont des comptes à se rendre, Siwan du moins. Yeseol l’aime et déteste la pensée de le voir dans les bras d’un autre. Surtout qu’il sait, Yeseol, que le jeune homme pourra trouver quelqu’un qui l’aimera mieux que lui. Qui ne lui fera pas de mal.

Il tente de garder une posture droite, assis sur la chaise et iris fixé sur Siwan sans lui porter plus d’attention. Il déteste être inexistant à ses yeux. Il aurait surement préféré une réelle douleur physique, des poings sur sa gueule que les mots tranchants. Ils ne sont plus ensemble. Yeseol se pince les lèvres, plus fort. Même s’il a envie d’élever la voix et réfuter. Non, non. Siwan se rapproche de lui. On dirait un prédateur, une panthère qui n’allait faire qu’une bouchée de lui, l’annihiler entièrement de cette terre. Et c’est peut-être bien ce qu’il avait fait. Les mots durs viennent s’infiltrer au fond de son oreille comme les épines d’une rose, la laissant en sang. Il est aveugle et sourd. Il ne veut plus rien ressentir. « Non… » murmure faible, qui prend doucement en intensité jusqu’à devenir un cri. « Non, non, non… » Sa tête bascule de droite à gauche, un gosse capricieux à qui l’on refuse sa sucrerie. Les yeux qui brillent mais il ne laissera jamais les larmes s'échouer. « Tu peux pas dire ça, je te l’interdis…T’as pas le droit. Je sais que tu m’aimes, et moi aussi je t’aime. Putain. Tu peux pas dire ça. » Il se dresse de sur sa chaise, cette dernière se retrouvant au sol sous son élan. Siwan ne peut pas le laisser ainsi, prétexter qu’il n’y a plus rien entre eux. La fin. C’est impossible. Il l’ignore, le regard à présent fixé sur le miroir. « Mais ils ne comptaient pas, tous ces gens, ils n’étaient rien. Je sais même pas pourquoi je faisais tout ça. » Il est stupide. Un imbécile sans la moindre estime de sa propre personne. Le rire de Siwan aussi sonne cruellement. Il s’approche de lui et le tourne brusquement. Siwan n’a pas le droit de regarder un miroir quand il est juste à côté de lui. « Regarde-moi, bordel ! » Ses mains viennent s’accrocher à ses épaules et remontent jusqu’à son visage. « Tu peux pas dire que tu ne ressens plus rien. Je te crois pas. » Il se hisse et prend ses lèvres en otage avec brutalité. Il se colle à lui, sentant le tissu fin de sa chemise s’humidifier légèrement. Il use de toutes ses forces, emprisonnant Siwan grâce au lavabo, il ne peut le laisser.

Voir le profil de l'utilisateur
avatar
☆ MESSAGES : 89 ☆ ARRIVÉE : 17/09/2017 ☆ PSEUDO : yoolee/hiba ☆ AVATAR : sungjar ☆ CRÉDITS : kisskiss ☆ WONS : 303
☆ POINTS : 370



Sujet: Re: fools (siwan)    Dim 8 Oct - 0:00
La cruauté. Maîtresse si belle et si tentante. Siwan qui se plaît avec elle. La colère avec laquelle il s'emporte. Les mots qui sortent de sa bouche ressemblent plus à du venin. Un poison qu'il crache, lâche sur Yeseol. La source de ses maux; Yeseol qu'il aime, qu'il aime détester; qu'il hait. Yeseol, le passé, présent, futur. Siwan, sans cœur. Il doit lui dire, tout faire pour qu'il parte. Quitte son appartement et le laisse en paix. Bien sûr, la paix n'existe pas après une visite de Yeseol. Il n'y a qu'une nuit hantée. Siwan la tête remplie de questions; les souvenirs qui remontent. La douceur et l'amertume. Y e s e o l. L'eau qui a arrêté de couler, Siwan qui en efface les traces. Il essaie d'oublier. Non, non. Les mots répétés par Yeseol. Yeseol qui ne veut pas accepter, l'écouter. Entendre la haine, la colère qui parle. Car ce n'est pas le Siwan qu'il a connu mais bien le Siwan qu'il a laissé. Celui qui reste. L'homme trahi, insensible. Loin de celui qui aurait fait n'importe quoi pour lui, qui l'aurait soutenu contre vents et marées. Tout ça, c'est du passé. Le cri qui sort. Et le cœur de Siwan, il se serre un peu. Il déteste ça. Non, non. Il doit aimer, pardon. Après tout, Yeseol doit souffrir aussi. Avoir mal - comme lui. Non, non, non. Enfant capricieux. La tête qui refuse autant que l'esprit. Et il parle. Ose répondre à l'attaque.

Siwan, il a le sang qui ne fait qu'un tour. Et lui, lui il avait le droit de tout gâcher ? De toucher ces hommes ? De les baiser, de salir leur amour; tout ce qu'ils avaient ? Le d r o i t . Non, Yeseol. Tu ne l'avais pas. Mensonge, mensonge. Ils ne s'aiment pas. Ce n'est pas de l'amour, juste une horrible illusion. Elle est sale, dégueulasse. Amour i n e x i s t a n t . Siwan qui fait ce qu'il veut; Yeseol qui se lève. La chaise qui valse. Enfant capricieux. Il l'ignore, ne veut plus le voir. Il n'y a que son propre reflet qui l'intéresse. Il n'a pas envie de voir les jolis yeux, les belles lèvres charnues. Mais ils ne comptaient pas. Il écoute, fait pourtant mine d'ignorer Yeseol. Chaque mot est pesé, analysé. Siwan a pourtant envie de rire. Encore, encore. Parce que c'est comique; ils ont gâché. Non, il a gâché, ruiné leur relation sans savoir pourquoi. N'est-ce pas ironique ? « Je m'en fous. Tu n'es plus rien pour moi alors ça n'a aucune importance. » Fierté. Les doigts qui glissent, les traits tirés, admirés. Rire salé, amer. ça ne doit pas lui plaire mais il s'en contrefiche. Siwan, il est égoïste. Sans-gêne. Et on le sort de cette méchanceté gratuite. Yeseol, il le tourne brusquement.

Enervement. Sa voix qui résonne, forte. Supplication ? Peut-être bien. Regarde-moi. Oh, mais il n'a fait que ça. Regarder, ressasser. Et Siwan ne répond rien, simplement du dédain dans son regard; bien vite effacé par la surprise. L'attente. Il veut savoir ce que Yeseol va faire. Ses mains viennent encadrer son visage ou presque. Il parle et Siwan écoute. Entend, l'observe aussi. « Je ne t'ai jamais demandé de le faire. » Il crie lui aussi. C'est comme naturel, logique. Et il n'a pas le temps de dire autre chose. Yeseol vient contre lui, prend ses lèvres en otage. Il sent la force dans ses gestes, le piège qui se referme sur lui. Yeseol l'embrasse et il ne le repousse pas. Il se contente d'exister, de ne pas réaliser. Surtout parce qu'il se rend compte qu'il n'y a personne qui puisse l'égaler. Un simple baiser et le prédateur devient proie. Non, non il n'a pas le droit. Siwan sent le corps de Yeseol contre le sien. Le tissu contre sa peau, la chaleur de son toucher. Il aime ça. Il ne devrait pas. Alors la raison, la haine. Il faut que ça reprenne le dessus. Il repense à ces gars, à ceux qui eux aussi ont touché les lèvres de Yeseol et tout son être. Dégoût. Il commence à le repousser. Ses mains viennent le ramener au sol, l'éloigner de ses lèvres. Il décolle leurs lippes, prend le large. Tourne la tête, fait tout pour que ça s'arrête. Et une fois libre, il peut parler. Briser, faire du mal. « Ne me touche pas. » Non, plus jamais. « Tu me dégoûtes. » Siwan, tu mens. Ce baiser, t'as aimé alors qu'il ne fallait pas. Il te manque Yeseol. Y'a comme un instant de pause dans son cerveau. Sa voix était calme, posée. Cruauté d'autant plus présente. Il le regarde; envie de craquer encore. Non, non. Il ne faut pas céder. « Pourquoi tu continues ? Qu'est-ce que tu veux de moi Yeseol ? » Vraie question. Interrogation. Et Siwan, il sait qu'il doit résister. « Que je te baise ? Que je te dise que je t'aime, c'est ça ? » Et Siwan, il s'approche. Sourire amer; il vient caresser sa joue. ça n'a pourtant rien de doux. C'est dérangeant. « Peut-être que si je te touche, t'arrêteras ? Après tout, tu ne sais pas aimer. » Sourire machiavélique. Siwan vient l'enlacer. Murmure au creux de l'oreille. « Tu préfères le lit ou bien ici ? » Siwan, il joue le dégueulasse. Il espère qu'il dira non, qu'il le repoussera au loin, même qu'il partira. Il le déteste mais les poussières de leur amour le poursuivent. Siwan, hanté. Et il n'a même pas envie de ruiner leurs souvenirs; à vrai dire, il sait pas. Il ne sait plus...




Voir le profil de l'utilisateur
avatar
☆ MESSAGES : 107 ☆ ARRIVÉE : 17/09/2017 ☆ PSEUDO : clem ☆ AVATAR : seo kangjoon ☆ CRÉDITS : @JOYCE KWEEN + astra (signa) ☆ WONS : 22


☆ ÂGE : vingt-trois ans.
☆ OCCUPATION : étudiant en commerce; manipulateur à ses heures perdues.
☆ STATUT/ORIENTATION : célibataire, volage mais poursuivi.
☆ POINTS : 307



Sujet: Re: fools (siwan)    Mar 10 Oct - 23:56
Il n’est plus rien pour Siwan.

Rien. Vide. Néant. Inexistant. Alors, c’est à cela qu’il est assimilé à présent ? Après s’être tellement aimé, tellement adoré et chéri. Il n’est plus qu’un inconnu, peut-être même qu’un étranger trouverait plus grâce à ses yeux que lui. Il s’imaginait facilement à terre dans le pire de ses états et Siwan passant à ses côtés sans lui porter le moindre regard. Pensée maladive, qui le rend fou. Et si ça le dérange autant, c’est surement parce qu’il a conscience que c’est vrai, totalement possible. Il a brisé quelque chose entre eux quand il a commencé à tromper Siwan. Le pire est qu’il l’aime vraiment, le plus vieux l’a toujours comblé, il n’y qu’avec lui qu’il s’est senti aussi bien. Alors il n’y avait pas de raisons, pour qu’il aille s’amuser avec d’autres hommes et femmes quand Siwan avait le dos tourné. Stupide gosse. Il s’est arraché sans bonheur de lui-même, personne ne l’a forcé, personne n’a mis de couteau sous sa gorge pour le forcer à faire ce genre de choses.

Mais il le veut. Il n’a jamais voulu qui que ce soit d’autre. Siwan, quoi qu’il en dise, lui appartiendrait toujours et il fera en sorte qu’il lui revienne. Pourtant, les mots restent durs à encaisser. Il aimerait tant être sourd et réussir à ainsi à ignorer leur existence. Plus rien n’a d’importance. Yeseol baisse les yeux, à défaut de pouvoir les fermer et simplement tout oublier. Il ne sait plus quoi. Il peut tomber sur ses genoux et le supplier, toquer à sa porte à chaque fois que le soleil se lève. Tout. N’importe quoi. Peu importe.

Mais Siwan n’a rien demandé de tout cela, n’est-ce pas ? Non, lui veut juste qu’il se barre de sa vie et le laisse tranquille, qu’il dégage sa gueule de son champ de vision. Seule chose que Yeseol ne peut se résoudre à faire. Il a, tant, besoin de lui et sa présence. Il n’a plus goût à rien loin de lui. Il s’attaque à ses lèvres, et pendant d’infimes secondes, comme un songe, il sent Siwan faiblir contre lui. Cela dure le temps d’un battement d’aile de papillon, à peine perceptible. Mais ça donne une once d’espoir, tout n’est pas perdu. Malgré les mots, les sentiments de Siwan sont toujours là. Le fol espoir dure pourtant encore moins que ce baiser.

« Tu me dégoûtes. »

C’est un coup de poignard. Le plus douloureux de tous, malheureusement Yeseol ne sait pas lire l’avenir, il verrait alors que ce n’était que le début. Son regard devient flou, il n’a pas conscience de réfréner ses larmes. Il ne faut pas pleurer. Surtout pas. Etre faible ne l’aiderait en rien dans cette situation. Ses lèvres le tentent encore, son corps entier. La personne de Siwan. Tout en lui. Il n’est que rêverie et luxure. Un appel tendre qui lui est à présent interdit. « C’est toi que je veux. » C’est une évidence qui découle d’entre ses lippes charnues. Il ne comprend pas la question, c’est si évident. Pourtant, la seconde d’après, il perçoit qu’elle n’ait été posé qu’afin de faire encore plus mal. La main de Siwan sur sa joue lui laisse une impression désirable, sorte de sueur glacée. Il déglutit. Le pire arrive. Il se retrouva dans une étreinte qu’il avait tant chéri auparavant mais dont il ne pense plus qu’au fuir, tout devient malaisant. « Eloigne-toi de moi ! » Il le repousse avec force et recule d’un pas. « Comment tu peux me proposer ça ? Je veux pas baiser comme des animaux…J’veux pas qu’on… » Les mots se perdent dans les sanglots. Tristesse et rage à la fois. Il comprend. Vraiment, il comprend que Siwan lui en veuille, qu’il le déteste mais il ne peut cautionner qu’il veuille souiller le souvenir de leur deux ans d’amour de cette façon. « Je crois pas que ce soit moi le plus répugnant de nous deux…du moins, t’es mon égale. » Les larmes se mêlent à présent avec les cris. La colère s’éprend de son esprit. Ils ne peuvent pas être réduits à ça. Il se jette contre Siwan, de toutes les forces qu’il possède, jusqu’à ce qu’il se retrouve le dos contre le parquet. Il s’en fout qu’il ait mal ou se prenne un coup sur la tête, il ne pense pas à ça. Et un premier coup s’échoue sur la joue de Siwan, surement pas douloureux, son énergie est plus drainée par ses larmes. « T’as pas le droit…de dire que je sais pas aimer, t’as pas le droit de me faire me sentir comme ça… » Faut que ça s’arrête tout ça. Il doit fuir loin de tout ça, avant que Siwan ne s’empare de tout souffle de vie qu’il possède. Faut que sa prenne fin. Pourtant son front s’échoue contre celui de Siwan, les gouttes salées contre ses joues. L’une d’elle commence déjà à prendre des couleurs. Il se déteste.


Voir le profil de l'utilisateur
avatar
☆ MESSAGES : 89 ☆ ARRIVÉE : 17/09/2017 ☆ PSEUDO : yoolee/hiba ☆ AVATAR : sungjar ☆ CRÉDITS : kisskiss ☆ WONS : 303
☆ POINTS : 370



Sujet: Re: fools (siwan)    Ven 13 Oct - 22:39
Venin craché. Dureté balancée plein visage, jetée. Les mots, envolés. Cible atteinte. Et Siwan ne s'en sent pas forcément mieux. Pourtant, il continue. Il le doit, il le faut. Et Yeseol, il ne comprend pas. Du moins pas au début. C'est toi que je veux. Si seulement c'était aussi simple. Il y a toujours eu une différence entre vouloir et avoir. Entre le bien, le mal. Le possible et l'impossible. Et là, ils n'étaient plus de même côté. Y'avait le menteur et l'humilié, le cocufié jusqu'au bout. Et ce qui fait le plus mal, c'est que ce soit arrivé plusieurs fois. Combien ? Siwan n'a pas voulu l'entendre. Rectification : il n'a plus voulu chercher. Couteau remué dans la plaie, trou béant dans sa poitrine. Putain, ce que ça fait mal. L'heure est à la vengeance, à la salissure. Leur amour, dégueulasse. Tout autant que sa proposition. Il faut que ça cesse, que Yeseol arrête. Ils ne peuvent pas continuer comme ça. Peau douce que ses doigts propres viennent pourtant salir. L'intention, elle est pire que les faits. Ce n'est pas une caresse d'amour, c'est juste m a u v a i s. Sale. Horrible. Générosité car Siwan envoie des mots, il en donne toujours plus. Bon maître du jeu, bon manipulateur. Il appuie là où ça fait mal et lui, il se retrouve en dommage collatéral. Sauf qu'il ne peut pas s'éviter le cœur anéanti, non. Non, rester fort est la seule option. Vengeance terrible.

Yeseol réplique. Siwan, il est brutalement repoussé. écarté, viré, dégagé. Il a compris, enfin. Yeseol a lu. Les mots, ils n'avaient rien de beau. Question lancée en l'air, Siwan qui ne peut que l'observer. Le regarder. (L'admirer ?) Impossible. Je veux pas baiser comme des animaux. Lui non plus, lui non plus tu sais. Mais peut-être qu'au fond, ce serait un moyen d'arrêter ? Et il continue. Enfin non. Pause, perles salées qui dégoulinent, roulent sur les si belles joues que Siwan ne cessait d'embrasser. Mais ça, c'était avant. Pendant une seconde, il se hait. Les larmes de Yeseol ont été les siennes pendant deux ans. Siwan, il aurait donné n'importe quoi pour arrêter le massacre, le flot qui lui faisait autant de mal que si c'était le sien. Mais là, il en est la cause et il devrait s'en réjouir, pas vrai ? Alors pourquoi c'est si dur ? La souillure. Peut-être parce que malgré la blessure, la cicatrice; il reste encore l'amour. Infimes traces ? Résidus, personne ne sait. Surtout pas Siwan lui-même. Aveuglé par la colère, l'idée qu'on ait touché à ce qui lui appartenait, à celui qu'il aimait. Yeseol, qu'il pensait à lui. Yeseol, sur qui il s'était trompé. Et il se met à crier. Siwan, expression neutre. Partagé entre les sentiments et la colère. Il ne sait pas. Et la voix de Yeseol semble retentir de plus en plus fort. Sanglots, cris. C o l è r e . Il se jette sur lui. Surprise et Siwan vacille, cède. Attaque insensée. Inattendue. Dos contre le parquet, violence du choc. Les os qui craquent, le plafond qu'il voit sous un autre angle. Douleur qui s'éprend de lui mais il n'y pense pas.

Il ne voit que Yeseol (comme toujours).

Et sa vision se trouve floutée par un coup. Faible, peu d'énergie mais tout de même présent. Yeseol qui mène un combat qu'il est destiné à perdre. T'as pas le droit de dire que je sais pas aimer, t'as pas le droit de me faire me sentir comme ça... Comme une plainte, quelque chose qui fait écho dans sa tête. ça repasse en boucle, ça continue encore et encore. Comment en sont-ils arrivés là ? Siwan, il sent le front de Yeseol. Il s'échoue contre le sien; pas tout seul. Non, accompagné de larmes. Impression d'humidité, comme le vide dans son esprit. Il aimerait l'enlacer, lui dire que ça ira. Et il s'apprête à le faire mais on l'en empêche. L'amertume, elle le retient. Alors Siwan, il s'éteint. Reste un instant sans rien dire, juste à sentir les sanglots, Yeseol et son souffle. Juste Y e s e o l. Ils avaient tout.

Mais ce tout n'était-il pas rien ?

« Pourquoi...Pourquoi t'as tout gâché hein ? » Voix faible qui s'intensifie. Et puis ses mains viennent encadrer le visage de Yeseol. Ses yeux disent 'regarde-moi' et cela malgré les larmes. « On était pas heureux ensemble ? » Si, si. Vous l'étiez. « Mais bordel Yeseol, qu'est-ce qu'ils avaient de plus que moi ? » Il le force à le regarder, à défier ses yeux perçants. Et puis Siwan, il le fait rouler juste à côté de lui. Il a besoin de respirer. Il ne peut pas penser avec Yeseol aussi près. Corps inerte ou presque, allongé. Les yeux rivés sur le plafond. « Je t'aimais tu sais. » Et je t'aime encore.



Voir le profil de l'utilisateur
avatar
☆ MESSAGES : 107 ☆ ARRIVÉE : 17/09/2017 ☆ PSEUDO : clem ☆ AVATAR : seo kangjoon ☆ CRÉDITS : @JOYCE KWEEN + astra (signa) ☆ WONS : 22


☆ ÂGE : vingt-trois ans.
☆ OCCUPATION : étudiant en commerce; manipulateur à ses heures perdues.
☆ STATUT/ORIENTATION : célibataire, volage mais poursuivi.
☆ POINTS : 307



Sujet: Re: fools (siwan)    Mer 18 Oct - 13:12
Il a goûté au bonheur entre les bras de Siwan et depuis, il se sent incomplet. Comme une pièce qui manque au puzzle, il ne trouve plus d’intérêt à quoi que ce soit. Les heures de cours ou passées à travailler au salon de thé familial sont juste une partie de sa routine. Des gestes qu’il effectue automatiquement, comme un robot. Il en est de même pour ces matins où il se réveille, le crâne fendu en deux et une horrible gueule de bois grillant les quelques neurones qu’il lui reste. Etre loin de Siwan est invivable et il ne sait pas jusqu’à quand il devra encore supporter le poids de ses pêchés. Il sait qu’il a fauté, à quel point il a fait du mal à Siwan. Les réactions de son homme le montrent bien. Il ne lui aurait pas porté le moindre intérêt s’il l’avait vraiment oublié, il le connait assez. Mais derrière, il y’a la fierté aussi, l’orgueil trop grand touché en pleine face. Non seulement il le trompait à plusieurs reprises, mais il l’avait fait de nombreuses fois dans ce lit qu’il partageait, souillant ainsi chaque bon souvenir qu’ils y auraient. Leurs rires, leurs étreintes, les mots doux susurrés à l’oreille, les yeux à peine ouvert. Toutes ces infimes choses qui l’ont rendu si heureux et maintenant laissent une sauveur aigre sur son palais. De tout ce qu’il avait, de ce qui n’est plus sien. Stupide gosse. A quoi est-ce qu’il pensait à l’époque, qu’est-ce qu’il s’imaginait ?

Ça se retourne contre au lieu, tôt ou tard. Et les mots de Siwan sont des lames de rasoir qui viennent sacrifier sa peau, la laisse en sang et transperce ses organes vitaux en même temps. C’est horrible. C’est monstrueux. Encore plus quand cela vient de la bouche de Siwan, des lèvres qui, jadis, ne bougeaient que pour lui exprimer son amour et son adoration. Ils ont été un couple parfait, jamais de disputes, du moins pas plus que quelques minutes avant que l’envie de se parler, de se toucher ne fasse surface. Le bonheur, avec un grand b et les astres dans les yeux. Il ne sait toujours pas comment Siwan peut lui proposer de simplement baiser, sans les moindres sentiments, comme s’ils n’étaient que des bêtes en quête de satisfaction d’un besoin primal. Avant, ça avait du sens entre eux, son corps contre celui de Siwan, c’était quelque chose de beau.

Il veut réprimer les larmes, mais elles viennent d’elle-même orner ses joues. De tristesse et de rage. Contre tout le monde, lui le premier, Siwan aussi. Personne, rien, n’est au-dessus de sa colère alors qu’il jette à corps perdu contre lui.

Les lamentations de son cœur prennent la voie orale, tentent de trouver les mots qu’ils font. Elles ont une voix, à un son. Un désespoir qu’il tente toujours de cacher. Aujourd’hui un peu plus mal. Mais elles sont accueillies par un cœur de pierre. Non, un cœur que Yeseol a rendu ainsi, à force de l’avoir abimé et malmené. A quoi se serait-il attendu ? Des mains encadrent son visage, ça semble moins hostile pour une fois, malgré le voile des larmes, il tente de capter son regard. « Si, on était heureux ensemble. On était les plus heureux. » Il n’y a que sincérité, entre les sanglots et quelques hoquets. Les larmes intarissables, il a chaud, ses joues pâles commencent à prendre un semblant de couleur à cause de ça. Il honte de lui mais même quand il veut baisser les yeux, Siwan ne lui donne pas ce droit. Il ne peut que s’exécuter. C’est la moindre des choses. Siwan le tourne et il se retrouve à ses côtés. « Ils n’avaient rien…Personne ne pourra jamais t’égaler. » qu’il soupire contre l’épaule nue de Siwan, où sa tête vient se poser délicatement. Il l’aimait. Le passé. C’est insupportable. « Laisse-moi une seconde chance. Pour que tu m’aimes encore… » Il se redresse à l’aide de ses mains jusqu’à se retrouver en position assise, il regarde Siwan. Mais Siwan n’a de yeux que pour le plafond. « Même si c’est pas maintenant, dis-moi juste, que, y’a une chance. Que tu me pardonnes un jour. Que tu me laisseras te rendre heureux… » Il s’arrête, nerveux, et prend le temps de respirer lentement avant de se pencher vers Siwan. Il vient capturer ses lèvres délicatement, dans un baiser lent et doux. Caresse presque irréelle. C’est ça le souvenir qu’il veut lui laisser, et non pas une partie de jambe en l’air sans le moindre sens.

Voir le profil de l'utilisateur
avatar
☆ MESSAGES : 89 ☆ ARRIVÉE : 17/09/2017 ☆ PSEUDO : yoolee/hiba ☆ AVATAR : sungjar ☆ CRÉDITS : kisskiss ☆ WONS : 303
☆ POINTS : 370



Sujet: Re: fools (siwan)    Mer 1 Nov - 0:04
La question. Pourquoi, pourquoi. Elle a tourné en boucle dans sa tête; mélodie déplorable. Mélodie qui fait mal, qui brûle, qui détruit. Il s'est demandé si c'était sa faute, s'il avait fait quelque chose de mal. Remise en question inattendue, surtout pour quelqu'un comme Siwan. Parce que Siwan, il ne pense jamais avoir tort. Il a toujours raison, c'est logique dans sa tête. Mais là, Yeseol il avait tout bouleversé. Il avait nui au doux raisonnement, à ce schéma que Siwan avait parfait les années passant. Alors aujourd'hui, il est temps de comprendre. D'affronter. Il voit les larmes de Yeseol mais il pense aussi aux siennes. Celles restées enfouies en lui, cachées. Le cœur pourtant brisé. Siwan, à genoux après la révélation. Mis à nu; cassé. Les morceaux éparpillés sur le sol. Et là, c'est à leur tour de se retrouver. Ensemble, ici. Sur le carrelage, les mots qui se rencontrent. Et puis lui qui demande. Est-ce qu'ils étaient heureux ? Ou alors s'était-il trompé. Leur amour n'avait-il été qu'un mensonge ? Non, non. Impossible. Et Yeseol le lui dit. Leurs yeux se croisent malgré ses larmes. Rien qui ne peut se mettre entre eux. Si on était heureux ensemble. On était les plus heureux. Cette confession, putain ce qu'elle fait mal.

H - e - u - r - e - u - x ; mais alors pourquoi est-ce qu'ils en sont arrivés là ? Le bonheur, c'est censé être paisible - au moins un peu. Siwan, il est peut-être juste soulagé que ça ait été vrai. Pas un mensonge, pas une mascarade mais bien réel. Les sentiments, la tendresse. L'amour avec un grand a. Siwan, il se dit que ça aurait dû marcher. Rester beau, vrai. Mais Yeseol, il a fauté. Pour eux et plusieurs fois, chez eux même. L'estime qui est touchée, l'égo aussi. Siwan qui demande, cherche une réponse. Rien. Son cœur se serre à ce mot. Rien, rien. C'est pour ça que ça a encore moins de sens, qu'ils ont tout foutu en l'air. Pour rien, rien du tout. Personne ne pourra jamais t'égaler. Siwan, il ne répond pas. Il se contente de regarder le plafond, encore et encore. Et cela même s'il sent Yeseol contre son épaule. Comme un vent du passé, vague de souvenirs qui lui revient. Le frappe, le percute. Siwan, il dit les mots qui font mal. Une nouvelle fois. Le passé, la conjugaison qu'il n'assume pas, qu'il déplore. Et si c'est encore le vide, il entend finalement sa voix.

Laisse-moi une seconde chance. La demande, la presque supplication. Pour que tu m'aimes encore. Encore, pour que ce soit encore il faudrait avoir cessé de l'aimer. Parce que Siwan, il a beau prétendre le contraire; y'a que Yeseol qui lui fait cet effet-là. C'est pas possible avec quelqu'un d'autre et c'est bien ça le problème. L'autre se redresse, assis alors que Siwan reste allongé. Il sent son regard sans bouger. C'est comme s'il était perdu. Les pensées, toujours plus nombreuses. Il écoute, réfléchit. Attend, une suite. N'importe laquelle et il l'a. Yeseol la lui donne. Doux baiser sur ses lèvres. Caresse insensée, inattendue. Et sans le vouloir, Siwan y répond. C'est tendre et il ne sait pas pourquoi il ne l'a pas repoussé. Il voit juste le baiser se finir et ses yeux croisent ceux de Yeseol. « J'ai besoin de temps. » Un fait, simple. Et même si ça fait des mois qu'il rumine, qu'il le déteste, qu'il repasse cette scène en boucle. « Tu devrais y aller. » Siwan se redresse. S'assoit lui aussi avant de finalement se relever. « Je vais t'appeler un taxi. » Parce qu'il ne laisse pas Yeseol seul lorsqu'il fait nuit noire. C'est inimaginable. Et c'est presque un automatisme qui resurgit; Siwan vient lui caresser les cheveux. Disque rayé. « Et pour le reste, je vais y repenser. » La porte vers l'inconnu; ni oui, ni non. Juste peut-être.

Peut-être pourraient-ils s'aimer à nouveau.



Voir le profil de l'utilisateur
avatar
☆ MESSAGES : 107 ☆ ARRIVÉE : 17/09/2017 ☆ PSEUDO : clem ☆ AVATAR : seo kangjoon ☆ CRÉDITS : @JOYCE KWEEN + astra (signa) ☆ WONS : 22


☆ ÂGE : vingt-trois ans.
☆ OCCUPATION : étudiant en commerce; manipulateur à ses heures perdues.
☆ STATUT/ORIENTATION : célibataire, volage mais poursuivi.
☆ POINTS : 307


 
fools (siwan)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
→ ENTROPY :: Quartiers de Séoul :: Gangnam :: Habitations-
Sauter vers: