contexterèglementguideannexesinformationsgroupesbottinscénariospartenariats
membres du mois
+ 200 wons !
Jolies pièces de bois, pions vêtus de l’illusoire blanc ou du noir infâme manipulés entre leurs doigts experts dans cette nouvelle ville lumière. C’est leur couleur qui font aujourd’hui battre vos coeurs ; oubliez le passé, oubliez ce monde d’où vous venez car aujourd’hui vous n’êtes que de simples soldats destinés à leur faire remporter la victoire. À qui devrez vous allégeance ; plierez vous devant la science, l’esprit, la malice ou la décadence ? Faites votre choix, remportez la partie, car c’est le seul moyen de survivre au coeur d’Entropy. + plus



FERMETURE DU FORUM

forum city-fantastique — célébrités asiatiques mais aussi occidentales — l'action se déroule à séoul en corée du sudaucune ligne minimum par post



+ 29 octobre 2017 — version 2 enfin arrivée ! plus d'informations ici !
+ 14 octobre 2017 — soirée chatbox à 20h les chats ♥
+ 6 octobre 2017 — publication des premières rumeurs du black jack. réagissez ici !
+ 29 septembre 2017 — lancement des missions spécifiques + promotion de no jihei en tant qu'admin !
+ 17 septembre 2017 — ouverture du forum !
nouveautés
s'inhumer ¬ ((jidan))


 


s'inhumer ¬ ((jidan))
Partagez

Sujet: s'inhumer ¬ ((jidan))    Ven 22 Sep - 17:47
s'inhumer

———
———


— rester droit.
montrer l’exemple, faire en sorte qu’ils deviennent les rois
de leur propre esprit.
principes qu’il ne sait s’appliquer lui-même
devenu nouvel emblème
de la peur de la terreur
du
d é s h o n n e u r
homme dont le corps a chuté
sous le bruit des bombes et des balles envoyées

(les yeux qui se ferment les yeux qui se souviennent)
comme image imprimée sur la rétine.

faut faire comme-ci.
comme-ci le soldat n’était pas lésé, comme si le soldat n’était pas blessé
comme s’il n’avait pas failli à ce qu’il s’est toujours juré
les protéger les protéger
les ramener en vie avant qu’il ne soit trop tard
ne pas marcher aux côtés du corbillard.

soldats !

la voix forte qui tonne
qui résonne dans le gigantesque gymnase
regard sur ceux qui ne sont pas militaires
mais qui connaîtront eux aussi un jour leur propre enfer ;
hommes sous ses ordres le temps de quelques semaines
avant qu’un jour ils déploient leur propres ailes.

garde-vous le dos bien droit le menton haut le regard fier
léger sourire, à peine visible
mais bien présent
l’image du sergent qui se brise
l’espace d’un instant

ils sont devenus hommes de pierre ;
hommes façonné sous le burin de l’atmosphère pesant de l’armée
ils ont résisté ;
aux vagues aux embruns à la marée
aux bourrasque trop lourdes du vent qui brisent
qui cassent qui emportent ;
ils se sont tenus debout.
ils n’ont pas ployé le genou.

même toi, eridan
même toi t’as su faire face t’as su montrer qu’en t’avais dans le crâne
que t’avais ta place, que tu te battrais jusqu’à ce que tu trépasses
tu t’es relevé ; tu t’es dressé
non sans difficulté mais jinsun sait que tu y es
a r r i v é
simple pompier devenu protégé
jinsun qui a un peu de mal à l’admettre et à l’assumer.

gardes à vous !

dernier salut ;
journée bien chargée qui arrive à son terme
tous à bout de souffle à cause des entrainements qui s’enchainent

rompez. vous pouvez retourner vous reposer dans vos quartiers messieurs.

regard vers l’élu ;
visage fermé pas la moindre expression
calme indésirable qui dérange qui frustre aussi
tu n’as rien dit
t’as pas laissé le moindre son s’échapper d’entre tes lèvres ;
t’as  pas protesté t’as pas souri t’as pas ris
t’as pas laissé le son de ta voix parvenir à ses oreilles
silence pour tout le monde merveille
silence pour toi inhabituel.

kang. attendez un instant.

ordre pour te stopper,
ordre pour s’inquiéter ;
il vient se tenir devant toi, t’observant un instant sous toutes tes coutures
plisse légèrement les yeux
attendant peut être un aveux.

tout va bien ?

langage formel de côté
car entre vous c’est plus qu’une relation de formateur à futur pompier
c’est
comme le fruit de la labeur et des efforts donnés
pour te rendre plus fort pour te forger ;
c’est pas descriptible mais loin d’être invisible,
tu sais que t’as de l’importance alors pourquoi te confonds-tu dans ton silence ?
parles lui.
dis lui.
ce qui te tourmente, eridan.

tu ne dis rien depuis deux jours.

se retenant d’ajouter
depuis mon retour
comme si c’était un amer regret.

ça s’est bien passé avec le caporal kim ?

collègue qui l’a remplacé
seulement le temps d’une semaine
mais ce fut assez pour chambouler
l’ambiance entre vous autrefois sereine ;
pourtant il est pas trop dur pourtant il est pas du genre à faire des ratures,
le caporal kim
c’est plutôt son genre, à jin
son genre de tout faire foirer.

tu sais que tu peux m’en parler, pas vrai ?

eridan
accepte de te livrer ;
à celui qui te garde sous son joug
celui qui s’assure de te garder en bonne santé
– accepte de dire ce qui ne fait que te tourmenter –
car il a bien vu l’orage dans tes yeux.

©️ SIAL — icons bonnie

Voir le profil de l'utilisateur

_________________

écrasé.
broyé.
brûlé.
noyé.
puis assoiffé.
désespéré.
amour(h)aché.
Lee Jinsun
Admin
☆ MESSAGES : 236 ☆ ARRIVÉE : 13/09/2017 ☆ PSEUDO : sial ☆ DC : ikeda naoko ☆ AVATAR : ji changwook ☆ CRÉDITS : moi ☆ WONS : 287
POUDRE DE PLOMB COULEUR CARMIN SUR SES DOIGTS COUPABLES

s'inhumer ¬ ((jidan)) Large

il lui a dit qu'il l'aimait alors que sa tête claquait avec force sous l'amour de ses poings.


☆ ÂGE : vingt-huit ans et coeur déjà usé, saigné, dépareillé.
☆ OCCUPATION : de jeune soldat il devint sergent défectueux ((sergent major))
☆ STATUT/ORIENTATION : il tombe il se relève ; il tombe il se relève ; il tombe il se brise.
☆ POINTS : 389


s'inhumer ¬ ((jidan)) Empty

Sujet: Re: s'inhumer ¬ ((jidan))    Dim 24 Sep - 5:04
s'inhumer

———
———


Ses ongles éraflent sa peau neigeuse d’un rouge vif qui le fait grincer des dents. Il soupire, expire (meurt) — l’observe. Sans aucune discrétion ses iris ravagés d’une peine sans nom dévisagent le roi de l'échiquier, roi de son monde, roi de son c o e u r. Il croise son regard l’espace d’un instant, ou p’être que non, c’est juste son imagination, il n’est qu’un autre parmi la foule, un gosse parmi les demeurants — son palpitant s’emballe sous la sentence irrévocable : il est insignifiant. Il n’est qu’un simple enfant pas même un potentiel amant, il n’est qu’un numéro parmi tant d’autre (chiffre impair probablement) qu’on écrit, qu’on rature, qu’on confond. Un incapable, un caractériel, un peu trop rebelle pour être casé comme les autres, mais il l’avait rapidement décelé; fallait-il d’un peu d’attention pour le berner et lui faire croire qu’il e x i s t a i t. Il lui aura insufflé la vie, offert l'espoir mais ce soir (ou peut-être hier?) la chute fût des plus douloureuses entre le réel et l’imaginaire.

La déception se lit sur les traits de son visage. La désillusion, ou p’têtre la tristesse. ça laisse un goût amer en bouche, une boule qui se noue dans la gorge et des larmes en suspension. pourquoi tu m’as fait ça? L’espoir c’est ce qu’il y a d'pire. D’lui faire croire au pardon, à la rédemption, d’lui faire croire qu’il y avait le droit lui aussi.

C’est mal de mentir.
C’est mal de décevoir.

Il ne lui reproche pas de l’avoir charmé, encore moins de l’avoir fait tomber amoureux de lui, après tout Jinsun est — magnifique. Aucune poigne de fer n’avait su aussi bien renverser ses états d’âmes. Jamais ne s’était-il aussi peu interrogé sur la véracité de ses sentiments ((il l’aime et puis c’est tout)) mais il ne pouvait pas lui pardonner son crime le plus odieux; de lui avoir offert un échappatoire à l’enfer — l’enfer de son esprit et de sa maladie.

Il y a cru
Il y a (trop) cru

Entre mythe et réalité, Jinsun n’était pas roi, l’imposteur au titre — un colosse aux pieds d’argile. Il y a cru; qu’on pouvait vaincre ses phobies, accepter ses problèmes et en créer la plus belle des forces. Qu'ça aurait pu être ça. Que s'appeler Eridan aurait pu signifier “affronter marées et tempêtes et refuser de céder ; c’était savoir connu des maux bien plus violent et en avoir bâti une fierté”. Mais Eridan rimera toujours avec miséricorde, là où l'Espoir se lit tragédie et la vie se confond avec l’inertie.

Il veut pleurer, hurler sa rage contre les tympans du fautif — et lorsqu’il s’approche, l’enfer brûle au fond de ses yeux. C’est le défi de l’affronter et de lui faire payer ce qu’il lui avait fait (le rendre sensible à tout ce qui s'apparentait à lui) Si j’avais un truc à te dire, je te l’aurai déjà demandé. Il frotte le bout de son nez pour empêcher l’intrusion de cette odeur si haïssable. Sa cologne, la senteur boisée de son parfum, celle qu’il raffolait autrefois à ses côtés je suis pas d’humeur à causer surtout à toi en particulier. L’Apothéose autrefois des (dés)astres, désormais odeur de l’indifférence, ses paroles de feu et ses yeux glacés évitent la confrontation de peur de pleurer sensible comme il était désormais dès qu'il le regardait. (la larme fugace menaçant de s’évader). Il recule et se frotte les yeux avant de céder : tu sais qu’il y a une chose dans la vie que je ne peux pas supporter. il inspire (et il regrette peut-être déja de s’être lancé) ce sont les utopistes, les menteurs et les hypocrites. Et... t’as carrément de la chance, récemment j’ai découvert que tu faisais parti des trois.


©️ SIAL — icons bonnie

Voir le profil de l'utilisateur

_________________

   ☆☆☆ ce sont des mots prononcés au hasard qui m'ont tout révélé.
>
Kang Eridan
☆ MESSAGES : 80 ☆ ARRIVÉE : 17/09/2017 ☆ PSEUDO : Zest. ☆ AVATAR : Jk. ☆ CRÉDITS : queenshady; ☆ WONS : 155
⊹ .   ✫ * ⊹ *. * ⋆

Il hait,
il déteste,
il rejette,
il ne veut pas être sauvé.


il cherche la douce étreinte de la faucheuse
et ses baisers

s'inhumer ¬ ((jidan)) Tumblr_oesg30RrAX1ui4a49o1_400

« t'es beau lorsque tu vacilles, un pied dans le vide et l'autre qui s'accroche à des souvenirs.

c'est beau lorsque
t'essaies de vivre »

Eri s'exprime en #70c7ca

s'inhumer ¬ ((jidan)) 68a1f91f4e9809c0ab4794e0393af43e

et si le bout du monde n'existe pas,
celui du mien,
c'est t o i


s'inhumer ¬ ((jidan)) Original


☆ POINTS : 258


s'inhumer ¬ ((jidan)) Empty

Sujet: Re: s'inhumer ¬ ((jidan))    Dim 1 Oct - 0:24
s'inhumer

———
———


— digne de qui digne de quoi
digne de rien digne de foi
jinsun qui te regarde qui te fixe
qui t’interroge presque du regard tandis que tu déclines
que tu te dérobes comme un animal sauvage
alors qu’il a pris tellement de temps pour t’apprivoiser.

le mur la froideur
le visage glacier
les mots devenus plus dangereux qu’une balle ou un fleuret
toi qui décides de te taire au premier abord
(seulement au premier)
sans doute pour mieux aiguiser tes reproches et pointer du doigt ses tords
et jinsun qui se tend, un instant
qui se redresse, un peu plus grand
(ou presque)
qui laisse son visage se clore se fermer
se taire en même temps que tu commences à le menacer
non pas avec tes paroles ni même tes gestes
juste avec la façon que t’as de le laisser en reste
les yeux qui fusillent presque et qui l’évitent en même temps
— perplexe —
il t’attend.

ses poings se contractent un peu, attendant la bête
fauve de nuit qui dévoile ses crocs
qu’il n’est pas sûr de dompter
qui sait qu’il pourrait se faire dévorer
par ta colère qui te consume
par ta colère qui se consomme
comme des doses de cocaïne
héroïne – dangereuse – déception dont t’as pris l’habitude
l’image du héros qu’on gratte un peu qui perd de sa splendeur
avant de se rendre compte que ce n’était qu’un menteur

(il ne t’a jamais rien juré jinsun)

fragrances sèches et salées
mélange du désert et des hautes marées
qui pique les yeux et les plaies déjà ouvertes
qui viennent les creuser jusqu’à ce qu’on puisse dissimuler la perte
de l’être toujours adulé
(ah il est mort le soldat vaillant)
il n’est plus que carcasse plus que charogne bouffée par les vautours
ces chiens de l’enfer de l’hadès
ses chiens qui viennent du moyen orient et dans les promesses
jamais prononcées juste imaginées sous-entendues
murmurées au coin de l’oreille avec des mots différents mais qui disent la même chose dans son langage

« tu dois te battre eridan »
« tu ne dois pas abandonner eridan »
« j’suis là eridan, j’te regarde eridan »

la corde qui finit enfin par se tresser autour de son cou
(il plisse un peu les yeux à chacun de tes mots)
qui se resserre lentement, les spectateurs regardent, expressions fascinées et horrifiées
qu’elle magnifique vue pour mourir
encore une fois
(lève légèrement la tête mais ne détourne pas des yeux)
et le bourreau appuie sur la manivelle le sol s’ouvre sous ses pieds
il ne manque plus que leurs
a p p l a u d i s s e m e n t s,
les tiens
(fronce les sourcils alors qu’enfin tu craches les pensées)
et le corps qui pend dans le vide le cou rompu l’honneur blessé
et tout le monde
l’a déjà oublié

utopiste ? tu t’fous de ma gueule ? à quel moment un militaire est utopiste eridan ?

à quel moment il a de l’espoir eridan;
il en a peut-être pour toi
(non, il en a pour toi)
mais de là à te glorifier le monde
jamais il ne pourrait faire ça
(tu sais il les voit les corps tomber ceux des méchants des gentils des enfants et des innocents, ceux qu’on rien demandé qui sont en guerre ou quelque part sur une autre terre, oh oui tu sais eridan il y a pas d’quoi rêver sur cette putain d’planète juste essayer d’exister pour pas y passer)

j’sais pas ce qui t’arrives j’vois pas quand je t’ai menti, ni quand j’ai été hypocrite.

(oh, réfléchis bien, jinsun)

j’t’ai jamais rien idéalisé eri. j’t’ai juste dit ce que je voyais. j’suis pas l’genre à m’faire des films et à oublier c’que c’est la réalité.

ou peut-être seulement
les magnifiques séquences d’orient
qui butent sa mémoire le foutent à genoux
(magnifiques films d’auteur certains diraient ; des documentaires presque !)
la réalité y est tellement
c r i a n t e
(et jinsun il est figé)
les deux pieds dans l’sable à voir que ça va jamais s’arranger
que quand il aura fini d’tuer des gens dans c’pays faudra aller en chasser d’autres sur de nouvelles contrées.

explique moi. j’fais pas dans les sous-entendus. sois clair.

bras qui se croisent
le corps et la tête qui attendent
que tu lui dises ce qu’il sait déjà
au fond
que tu lui dises qu’il n’est pas
l’image projetée malgré lui au plafond
(faut être vaillant dans la vie, eri)
mais moi j’deviens toujours plus petit.




©️ SIAL — icons bonnie

Voir le profil de l'utilisateur

_________________

écrasé.
broyé.
brûlé.
noyé.
puis assoiffé.
désespéré.
amour(h)aché.
Lee Jinsun
Admin
☆ MESSAGES : 236 ☆ ARRIVÉE : 13/09/2017 ☆ PSEUDO : sial ☆ DC : ikeda naoko ☆ AVATAR : ji changwook ☆ CRÉDITS : moi ☆ WONS : 287
POUDRE DE PLOMB COULEUR CARMIN SUR SES DOIGTS COUPABLES

s'inhumer ¬ ((jidan)) Large

il lui a dit qu'il l'aimait alors que sa tête claquait avec force sous l'amour de ses poings.


☆ ÂGE : vingt-huit ans et coeur déjà usé, saigné, dépareillé.
☆ OCCUPATION : de jeune soldat il devint sergent défectueux ((sergent major))
☆ STATUT/ORIENTATION : il tombe il se relève ; il tombe il se relève ; il tombe il se brise.
☆ POINTS : 389


s'inhumer ¬ ((jidan)) Empty

Sujet: Re: s'inhumer ¬ ((jidan))   

Contenu sponsorisé

s'inhumer ¬ ((jidan)) Empty
 
s'inhumer ¬ ((jidan))
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
→ ENTROPY :: Quartiers de Séoul :: Autres quartiers :: Yongsan Garrison-
Sauter vers: