contexterèglementguideannexesinformationsgroupesbottinscénariospartenariats
membres du mois
+ 200 wons !
Jolies pièces de bois, pions vêtus de l’illusoire blanc ou du noir infâme manipulés entre leurs doigts experts dans cette nouvelle ville lumière. C’est leur couleur qui font aujourd’hui battre vos coeurs ; oubliez le passé, oubliez ce monde d’où vous venez car aujourd’hui vous n’êtes que de simples soldats destinés à leur faire remporter la victoire. À qui devrez vous allégeance ; plierez vous devant la science, l’esprit, la malice ou la décadence ? Faites votre choix, remportez la partie, car c’est le seul moyen de survivre au coeur d’Entropy. + plus



FERMETURE DU FORUM

forum city-fantastique — célébrités asiatiques mais aussi occidentales — l'action se déroule à séoul en corée du sudaucune ligne minimum par post



+ 29 octobre 2017 — version 2 enfin arrivée ! plus d'informations ici !
+ 14 octobre 2017 — soirée chatbox à 20h les chats ♥
+ 6 octobre 2017 — publication des premières rumeurs du black jack. réagissez ici !
+ 29 septembre 2017 — lancement des missions spécifiques + promotion de no jihei en tant qu'admin !
+ 17 septembre 2017 — ouverture du forum !
nouveautés
(( b a d - l i a r )) - dai


 


(( b a d - l i a r )) - dai
Partagez | 

Sujet: (( b a d - l i a r )) - dai     Mar 24 Oct - 21:22



dai & whan





whan, whan, whan.
les yeux qui détaillent le bois. les yeux qui glissent, qui observent avec la plus grande des attentions. matière noble, qu'elle travaille depuis toujours. whan, de ses mains elle magnifie; elle transforme, elle crée. whan, artiste aux doigts brisés. whan, qui ne pourra jamais jouer la mélodie mais qui l'écoutera tout de même. whan qui s'affaire à mettre en forme ce violoncelle, à le rendre utilisable. whan qui met encore plus de soin parce qu'il s'agit de celui de dai.
oh dai. oh, dai.
femme diablesse, femme qui blesse.
dai, les yeux noirs. dai, qu'on veut toujours voir.
dai à laquelle elle pense un peu trop.
dai qui lui est pourtant inaccessible.
elle s'échappe, s'enfuit à chaque fois. et whan, c'est pas le genre à courir. whan, elle la veut.
c'est une certitude.
parce que ça fait bien trop longtemps qu'elles se tournent autour.
elle sent ses nerfs qui menacent de céder. la colère, la crise.
whan, elle se souvient encore de l'amertume. oui, celle qu'elle a ressentie en les voyant. dai et cet homme. ce garçon plutôt dont elle semblait proche. oui, parce qu'on ne marche pas si près d'un simple ami, pas vrai ? alors whan, elle l'a jalousé. elle s'est dit pourquoi lui, pourquoi pas moi ? parce qu'avec dai, c'est différent. il y a leurs yeux qui ne se lâchent jamais bien longtemps, les lumières de l'atelier qui dansent lorsqu'elles se sourient. lorsque les rires viennent emplir la pièce, que tout est à sa place. n o r m a l . et puis il y a cette envie. ce besoin d'être proche - l'une de l'autre - . whan, elle vient toujours faire glisser ses doigts sur la main de dai. elle redessine aussi son beau visage en ôtant les mèches dérangeantes du chemin; faudrait pas nuire au joli tableau.
et whan, elle laisse ses pensées l'emporter un instant. les mains travaillent d'elle-même. l'habitude, probablement. elle se perd contre le bois, dans la passion. v i o l o n c e l l e . elle s'oublie un peu. sauf qu'on la ramène à la réalité, on lui remet les pieds sur terre. on lui dit "whan, redescends." c'est l'ange qui vient à elle. la sonnette de la boutique qui retentit. et whan, elle n'a pas besoin de lever les yeux pour savoir. l'odeur connue, fleurie peut-être bien. dai, dai, dai. elle sait juste que c'est elle. la longue silhouette, les cheveux noirs de jais. elle termine de travailler le morceau de bois avant de relever les yeux. de la chercher du regard. intensité qu'on sent dans la pièce. whan, elle est partagée entre les cris et les baisers. les deux envies combinées. et dai, elle la sent qui s'approche. « je travaille sur ton violoncelle. » sourire de gamine ou presque. whan, la malice. et puis elle la fixe encore un instant. whan, elle a les yeux qui embrassent ses lèvres sans les toucher. putain, ce qu'elle est frustrée. il faut regarder ailleurs alors c'est ce qu'elle fait. elle dérive et puis elle voit la mèche. whan, elle la remet en place. c'est un geste doux; éphémère. « il doit y avoir beaucoup de vent dehors. » whan, elle suppose. elle efface le silence. elle fait taire ses envies un instant. mais y'a le cœur, le corps qui parle trop fort. impossible de cacher tout ça trop longtemps. whan, elle s'approche un peu plus. y'a le comptoir mais la distance s'amoindrit pourtant. les yeux dans les yeux. et sa main, elle vient caresser la joue de dai. « qu'est-ce que je peux faire pour toi ? » la question pleine de sous-entendus. d'habitude, whan elle demande jamais. mais là, elle tente. voudrait que dai lui répondre 'embrasse-moi, embrase-moi' mais c'est pas possible. non, c'est qu'un rêve insensé pas vrai ? mais whan, c'est pas le genre à renoncer. alors elle vient encore un peu plus près. « dis-moi dai. » elle doit pouvoir sentir son souffle, leur proximité troublante. le prénom qu'elle aime dire, entendre et répéter dans sa tête ou à voix haute. whan qui provoque peut-être un peu, whan qui teste.

va t-elle (encore) fuir ?






Voir le profil de l'utilisateur
avatar
☆ MESSAGES : 55 ☆ ARRIVÉE : 14/10/2017 ☆ PSEUDO : clemlastreet ☆ DC : (wherecani)park siwan ☆ AVATAR : bae yoon young ☆ CRÉDITS : @kush coma+ @astra + @kawaiijoyce ☆ WONS : 154


☆ ÂGE : vingt-trois années; elle écume, elle reste. whan, toujours debout.
☆ OCCUPATION : ébéniste; whan qui travaille le bois, noble matière. whan qui est aussi fleuriste.
☆ STATUT/ORIENTATION : la cœur qui bat pour trois lettres. l'impossible mais whan, elle compte bien changer ça.
☆ POINTS : 240



Sujet: Re: (( b a d - l i a r )) - dai     Lun 30 Oct - 11:06



dai & whan





ce matin c’est petit déjeuner saveur angoisse, coeur qui claque et qui claque dans la poitrine qui hurle un mal qu’elle refoule tant qu’elle croit l’imaginer, dai. c’est à se croire phobique sociale quand elle remonte la rue dallée jusqu’au petit atelier qu’elle connait depuis ses dix ans tout juste, alors que non, non, dai, c’est pas les gens qui te font peur c’est pas whan non plus. whan. whan. ça se répète en boucle dans la tête qui sait plus où donner, ça habille les jours et les nuits et puis même l’entre-deux, l’aube et le crépuscule. c’est pas whan qui te fait peur dai, c’est penser à elle et penser à elle sous toutes les coutures et quelques fois bien en dessous encore.
alors dai, dai elle compte les pas qui la rapproche du luthier. un par un. s’arrête quelques fois et si j’y allais demain plutôt, ou dans une semaine, un mois. recule puis avance de deux pas tu vaux mieux que ça, t’es pas une enfant. t’es pas obligée de le regarder de toute façon, pas obligée de lui parler, un bonjour, un au revoir, et ce sera fini. mais c’est jamais fini entre dai et whan, commencé on sait pas bien, on sait pas trop.
mais faut bien entrer, faut bien faire sonner le gong, et dai elle respire un grand coup et pourquoi de toutes, il aura fallu qu’elle la choisisse elle, avec ses grands yeux tristes criblés d’étoiles en morceaux et sa bouche en bonbon ?
c’est pas facile de pas regarder whan. parce que whan elle l’appelle sans même ouvrir la bouche. dai elle fait mine d’être à l’aise, elle esquisse un sourire qu’on croirait presque spontané. mais de toute la pièce il reste plus rien qu’un vide immense et juste whan qui perdure au milieu de rien, au milieu du néant.
faut s’approcher dai. tu sais bien que tu peux pas passer ta vie sur le palier, plantée sous la clochette qui teinte en triple dans ta tête. t’as l’air de sortir d’un navet hollywoodien, actrice mauvaise mais mise là quand même pour son minois, en émois devant la belle qui joue un peu mieux, et qui sait plus quoi faire du tout. les mains moites et les joues rouges.
c’est bientôt le bois du comptoir qu’elle a sous la pulpe de ses doigts, crochés dessus comme  si un brin de sa vie en dépendait. c’est un sourire d’enfant qui l’accueille, la malice qui court dans les pupilles couleur d’encre. dai elle hoche la tête, ok elle dit sans le dire pour de vrai. puis y a les yeux qui fuient comme les siens, qui s’en vont, qui voguent sur d’autres vagues que celles qui font le coeur, et dai elle explose toute entière en silence quand les doigts rêches mais toujours doux remettent une mèche en place. elle voudrait fermer les yeux dai, plus jamais les ouvrir. mais elle en est incapable et y a ses iris confuses et perdues entre l’envie de plus et celle de s’enfuir qui se verrouillent dans celles de la coréenne (et la plus jolie de toutes). « o-oui… oui, il y en a beaucoup. comme un mois d’octobre. » et c’est rien qu’un souffle qu’on entend à peine. et dai, dai maintenant tu voudrais avoir la force immense de pousser cette main, de la chasser. qu’elle ne glisse pas sur ta joue qui chauffe mais tu  n e  p e u x  p a s.
c’est trop près ou pas assez. dai figée, rien qu’un bout de tissus entre les mains de whan, fais donc de moi ce que tu veux. c’est des bribes de son souffle qui s’écrase sur le haut de ses lèvres et l’engrenage qui pète à l’intérieur, tout qui s’emmêle. les sous-entendus qui lui montent à la tête puis au coeur qui s’affole. les lèvres qui se séparent pour parler, pour dire quelque chose, et jamais rien qui sort. embrasse-moi qu’elle voudrait lui dire, qu’elle s’entend lui dire dans un coin de son psychisme qui dysfonctionne, embrasse-moi jusqu’à ce que je finisse par en crever puis tant qu’on y est, touche-moi. mais dai ces choses-là elle les dit pas, alors c’est une main tremblante, les jointures blanches de s’être accrochées si fort au comptoir, qu’éloigne celle de whan, qui la pousse un peu. « w-whan je… il sera prêt quand ? » f u i t e.
fuite encore, fuite toujours. elle garde sa main dans la sienne une seconde, finit par la lâcher comme si elle s’était brûlée, et c’est un peu tard parce qu’à l’intérieur tout a déjà cramé.
oh, whan. si tu savais.






Voir le profil de l'utilisateur

_________________

our lady of sorrow

je suis napoléon, je crois, et ma sainte-hélène c'est ma vie
avatar
☆ MESSAGES : 53 ☆ ARRIVÉE : 23/09/2017 ☆ PSEUDO : tessa. ☆ AVATAR : zxy. ☆ CRÉDITS : kozmic blues. ☆ WONS : 100


☆ ÂGE : 22 ans sur le papier.
☆ OCCUPATION : psychologue stagiaire en soins palliatifs.
☆ STATUT/ORIENTATION : en couple, mensonges dans un coin du coeur.
☆ POINTS : 205



Sujet: Re: (( b a d - l i a r )) - dai     Mar 21 Nov - 22:34
et c'est dai. dai et whan, le livre ouvert. peut-être bien fermé, abîmé, faussé. on ne sait pas, on ne sait plus. commencé ou fini, on ne l'a jamais dit. on ne voit que les silhouettes qui se rencontrent, le même disque qui complète une boucle et rien n'avance. immobiles, les yeux dans les yeux. juste elles deux.
whan, elle continue de sourire en voyant ses joues rosées. dai, le malaise. poupée troublée et elle qui ne fait que provoquer; le rouge aux joues. elle savait ce que ça lui ferait, qu'elle fondrait entre ses doigts, par son simple toucher. whan, peut-être qu'elle voulait se venger. l'amertume au creux de ses lèvres, la vue qui lui revient. elle, lui. eux. dai et ce garçon, celui qu'elle jalouse. dai, elle devrait être à elle. comme une évidence, une logique.
dai, elle laisse faire cette main. les mots aussi; whan qui questionne. qui trouble, qui se délecte de sa voix tremblante, de l'effet qu'elle lui fait. dai, la croix au cou mais whan est loin d'être une sainte. et ça dure un instant, quelques secondes volées avant que le naturel ne reprenne le dessus. dai, dai. tu fuis, t'esquives. whan, elle sent les doigts qui s'accrochent au comptoir. qui s'échappent des siens, de sa poigne, de son toucher. dai qui la repousse un peu; dai qui ne rentre pas dans le jeu. fallait bien s'y attendre, elle ne reste jamais. dai, c'est une ombre. un fantôme. une chimère et elle lui glisse à chaque fois entre les doigts. whan, ça l'agace. elle voudrait se la garder, attraper ses doigts dans les siens, les enlacer et juste rester comme ça. ouais, quelque chose de simple. de vrai; c'est tout ce qu'elle demande. elle sait pas trop pourquoi mais il n'y a que dai qui lui fait ça. le béguin bien prononcé, clairement affirmé. elle se souvient de son prénom, de son odeur, du son de sa voix. dès que ça concerne dai, whan elle n'oublie pas. elle a beau voir défiler certains corps, il n'y a que l'envie d'elle qu'elle retient. c'est ancré en elle et ça veut pas s'en aller, pas comme dai.
whan, elle laisse faire. écoute la voix qui trouble le silence. un balbutiement, c'était prévisible. dai qui reste fidèle à elle-même. mais whan, elle sent qu'il y a une seconde de vide. de paix, peut-être bien. dai qui garde sa main, captive éphémère avant de la lui rendre. et ça comme si sa peau l'avait brûlée, écorchée. whan, elle ne savait pas qu'elle faisait du mal. dai, elle a répondu à sa question. au qu'est-ce que tu veux à double tranchant. il serait prêt quand ?; pas la réponse qu'elle espérait. whan, elle voulait qu'un 'toi' passe la barrière des lèvres rosées, qu'il y ait comme leurs cœurs qui s'enflamment un instant. mais non, non. dai, elle ne peut pas lui offrir ça. impossible.
whan, elle laisse ses mains revenir le long de son corps. instant de vide, déception. l'idylle qu'on éloigne d'elles, les baisers qu'on fait disparaître. enfin, ce n'était bien sûr qu'une hypothèse. mais whan, c'est pas le genre à se laisser abattre. elle a les yeux noirs mais il y a comme une lumière, une envie - irrépressible. alors elle sourit. le sourire dont dai devrait se méfier. c'est une whan déterminée qui s'offre à elle, une whan dont elle pourrait ne pas revenir indemne. et c'est tout doucement qu'elle fait le tour du comptoir. elle continue d'afficher cet éternel sourire, rictus malicieux. whan, elle vient en face de dai. ne la lâche pas des yeux. et elle vient attraper sa main. poigne ferme, décidée. « bientôt...suis-moi. » dai, qu'elle le veuille ou non, whan l'entraîne. pièce sacrée, les violons entreposés. presque finis; violoncelles aussi. et whan, elle se plaît dans les senteurs boisées, dans la beauté des choses qu'elle a elle-même taillées. elle sent la résistance dans les doigts fins, une dai qu'elle doit traîner - au moins un peu. l'hésitation dans les pas, dans les gestes. mais pourtant, elle ne désespère pas.
whan, elle finit par s'arrêter. et dai, elle la place devant un comptoir - un parmi tant d'autres. et puis il y a sa voix qui se fond dans l'atmosphère, comme un murmure. « ferme les yeux. » et c'est au creux de son oreille qu'elle poursuit. « fais-moi confiance. » sourire que dai ne peut plus voir. whan, fière d'elle. et puis elle fait glisser un tissu d'un instrument. le sien. celui de dai, celui sur lequel elle a plus travaillé que les autres. bien sûr, il n'est pas fini mais on voit déjà son cœur; on le sent plutôt. whan, elle vient derrière dai. elle est proche, trop proche. mais ça ne s'arrête pas là; whan audacieuse. elle vient attraper cette main qui l'a fuie, qui l'a esquivée tout à l'heure. elle persiste, elle signe. ses doigts à la peau rêche, ils viennent se superposer sur ceux de dai. les ternir, possiblement. la douceur contre la dureté, les opposés mais y'a comme une harmonie, pas vrai ? et whan, elle prend sa main. dai, marionnette; c'est elle qui tire les ficelles. et elle l'entraîne sur le violoncelle. trace des lignes avec, glisse sur les courbes de l'instrument. la proximité est troublante, grisante aussi. whan, elle ne se lasse pas de dai, de ses joues qui lui semblent tourner au rosé - une nouvelle fois. palette qui s'enrichit au fur et à mesure. dai, parfaite toile. whan, elle laisse un silence. ne parle qu'avec ses mains qui guident celles de dai.
et puis elle rompt tout. murmure, chuchotement. « c'est le tien. » comme une fierté. « il sera bientôt prêt...» retour à la normalité, mais whan elle veut avoir provoqué la tempête. que ça vienne de dai. alors elle force les choses. lui fait ouvrir les yeux, la fait se retourner pour qu'elles puissent se faire face. la proximité toujours enivrante. « alors qu'est-ce que tu en penses ? » ses yeux qui ne la lâchent pas, les iris qui vrillent; dérivent sur les lippes bien trop tentantes. dai, est-ce que tu en as envie aussi ?

Voir le profil de l'utilisateur
avatar
☆ MESSAGES : 55 ☆ ARRIVÉE : 14/10/2017 ☆ PSEUDO : clemlastreet ☆ DC : (wherecani)park siwan ☆ AVATAR : bae yoon young ☆ CRÉDITS : @kush coma+ @astra + @kawaiijoyce ☆ WONS : 154


☆ ÂGE : vingt-trois années; elle écume, elle reste. whan, toujours debout.
☆ OCCUPATION : ébéniste; whan qui travaille le bois, noble matière. whan qui est aussi fleuriste.
☆ STATUT/ORIENTATION : la cœur qui bat pour trois lettres. l'impossible mais whan, elle compte bien changer ça.
☆ POINTS : 240



Sujet: Re: (( b a d - l i a r )) - dai    

Contenu sponsorisé

 
(( b a d - l i a r )) - dai
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
→ ENTROPY :: Quartiers de Séoul :: Seorae-
Sauter vers: