contexterèglementguideannexesinformationsgroupesbottinscénariospartenariats
membres du mois
+ 200 wons !
Jolies pièces de bois, pions vêtus de l’illusoire blanc ou du noir infâme manipulés entre leurs doigts experts dans cette nouvelle ville lumière. C’est leur couleur qui font aujourd’hui battre vos coeurs ; oubliez le passé, oubliez ce monde d’où vous venez car aujourd’hui vous n’êtes que de simples soldats destinés à leur faire remporter la victoire. À qui devrez vous allégeance ; plierez vous devant la science, l’esprit, la malice ou la décadence ? Faites votre choix, remportez la partie, car c’est le seul moyen de survivre au coeur d’Entropy. + plus



FERMETURE DU FORUM

forum city-fantastique — célébrités asiatiques mais aussi occidentales — l'action se déroule à séoul en corée du sudaucune ligne minimum par post



+ 29 octobre 2017 — version 2 enfin arrivée ! plus d'informations ici !
+ 14 octobre 2017 — soirée chatbox à 20h les chats ♥
+ 6 octobre 2017 — publication des premières rumeurs du black jack. réagissez ici !
+ 29 septembre 2017 — lancement des missions spécifiques + promotion de no jihei en tant qu'admin !
+ 17 septembre 2017 — ouverture du forum !
nouveautés
l'passé au poignet. (haneul)


 


l'passé au poignet. (haneul)
Partagez | 

Sujet: l'passé au poignet. (haneul)    Dim 29 Oct - 12:11
l'passé au poignet


elle est entourée par les animaux. et sa collègue, madame la grande docteur vétérinaire est pas encore arrivée. et pourtant, elle sourit pas. les chats de la clinique passent entre ses pieds, se frottant à elle, comme pour lui rappeler que tout ira bien. que c’est qu’une passade. qu’un souvenir. d’un passé très lointain. et qu’il serait franchement temps d’oublier. sauf que le chiot qu’elle a dans les bras s’amuse avec la ficelle qui pend autour de son poignet, à noriko. et elle le regarde faire. mais y’a pas de sourire sur son visage.
parfois, elle se réveille en pleine nuit et elle se demande pourquoi elle l’a encore autour du poignet. après tout c’temps.
le chiot continue de s’amuser avec. et pendant quelques instants, noriko pense sérieusement à enlever le bracelet et à lui donner. qu’il joue avec, qu’il le bouffe, qu’il le déchiquète et le mette en pièce. c’est pas comme si ça avait une once d’importance pour elle après tout.
ça fait déjà 15 ans.
alors elle lâche le chaton qu’elle avait dans la main gauche et commence à défaire l’attache qu’elle a pas touché depuis ses 12 ans. mais sa main s’arrête. elle sait pas pourquoi noriko, elle a jamais réussi à l’enlever ce bracelet.

il est joli.
c’est probablement pour ça.

et puis elle a pas forcément masse de bijoux non plus, alors un bracelet, c’est bien. c’est déjà ça de pris.
alors elle lâche le fermoir, et elle reprend le chaton dans ses bras. elle se remet à sourire. après tout, si y’a bien un truc que lui a appris sun jae, c’est que le passé, c’est l’passé. et qu’il y a probablement 5% de chances que je recroise un jour des gens que je connaissaient à l’époque.
les 5% ont déjà été utilisé par sora et naoko.
cette fille.
elle le sait noriko.
jamais elle la reverra.

et c’est pas plus mal comme ça.

il est midi passé, et elle est toujours seule au cabinet. sa collègue va probablement pas venir aujourd’hui. ce serait normal. elle est enceinte. et malade.
pauvre femme.
noriko l’a jamais aimé. elle l’aime pas moins que les autres. juste. elle l’aime pas plus. elle est totalement indifférente. à elle comme aux autres.

les chatons, chiots, petits rats et souris qui grouillent autour d’elle s’immobilisent quand la cloche sonne pour la première fois de la journée.
et noriko, elle lève les yeux. une jeune femme. une vingtaine d’année. probablement un peu plus jeune qu’elle, mais de peu.
et un chiot qui court vers elle. noriko, ça la fait froncer les sourcils. ça arrive pas souvent.
les animaux, au cabinet, ont tendance à avoir peur des gens, pas à courir vers eux. et ça donne envie à noriko de la détailler plus, cette femme.
elle se met derrière le comptoir. bonjour, qu’est-ce que j’peux faire pour vous ? elle sourit pas. sa voix est froide, glaciale. elle aime pas faire croire que, noriko. même pour le travail. alors elle reste naturelle. elle est là pour aider les animaux, pas pour flirter avec leur maîtres.

et là, de sa place, elle regarde, observe.
et arrête ses yeux sur son poignet. les relève doucement vers le visage.
cache son bras derrière son dos.

c’est automatique.
c’est impossible qu’elle emplisse les 5%. pas elle.
c’est juste au cas où.


copyright SIAL

Voir le profil de l'utilisateur

_________________
« realistic »
there are a lot of animals out there, that can talk, walk, laugh. kill each other. dare tell me they're humans.
©crackintime
avatar
Admin
☆ MESSAGES : 96 ☆ ARRIVÉE : 03/10/2017 ☆ PSEUDO : bermudes. ☆ DC : jiji premier du nom, joli doux jihei. ☆ AVATAR : limbora. ☆ CRÉDITS : SKATE VIBE. ☆ WONS : 126

Je suis misanthrope,
et je hais le genre humain.

Quant à toi, je voudrais que tu fusses chien
pour pouvoir t'aimer un peu.


Ave Mary A, where did you go ?
How did you know to get out of a world gone mad ?
Help me let go of the chaos around me, the devil that hounds me.
I need you to tell me :
child be still




☆ ÂGE : 25 yo.
☆ OCCUPATION : infirmière vétérinaire, éducatrice canin, et membre d'un gang, nettoyeuse.
☆ STATUT/ORIENTATION : misanthrope.
☆ POINTS : 451



Sujet: Re: l'passé au poignet. (haneul)    Dim 5 Nov - 17:50
l'passé au poignet


musique qui résonne dans l’habitacle – pas trop fort, juste assez pour essayer d’occuper les pensées volcaniques. les mains qui s’agrippent si fort sur le volant. si fort que les jointures se font blanches – si fort qu’haneul en a mal. mais elle ne desserre pas ; concentration obligée pour s’empêcher de.
d’exploser. haneul qui essaye de tout garder, de tout contenir.
de.
regard concentré sur la route, elle file la voiture. un peu, vite, un peu, trop vite. mais elle n'a pas le temps haneul. pire, il n’a pas le temps. le temps qui compte. les minutes qui défilent, qui s’évanouissent, les secondes qu’elle ne voit plus. le temps qui s’enfuit si vite qu’elle a peur haneul. peur de pas arrivée à temps.
et haneul, elle inspire profondément, les lèvres qui se pincent. elle s’empêche d’exploser, mais …
y a tout qui implose. y a tout qui éclate – comme un.
comme un volcan en éruption. la colère qui court dans ses veines, qui fait bouillonner l’hémoglobine. qui tord l’estomac. le regard sur la route – elle a les images de la scène qui reviennent. comme un disque rayé, qui se répètent et y a tous les scénarios possibles qu’elle s’imagine pour changer le cours de l’histoire.
changer le cours de son histoire.
la tête qui dévie, juste le temps d’une seconde pour regarder cette boule de poils, lové dans son gilet. et elle lutte pour tendre la main, pour caresser sa tête. elle lutte pour garder les mains sur le volant. elle lutte. (…)

la voiture qui s’arrête, qui se gare un peu n’importe comment. le médecin qui descend à l’arrache, qui claque la porte, qui fait retourner quelques personnes sur le moment. qui, pour une fois, ne s’excuse pas. pas le temps pour ça. les pas qui s’enchaînent alors qu’elle contourne la voiture, le cœur qui tape contre la poitrine, le sang qui pulse dans les veines. le souffle qui se fait court. la portière qu’elle ouvre à la volée et la prise du chaton qui se fait douce.

contraste flagrant ; la douceur qui joue avec l’affolement. le gilet qu’elle garde contre sa poitrine, comme un bébé. enfant du cœur.
le sac à main possédé, voiture fermée, elle s’avance d’un pas franc vers l’entrée du cabinet de vétérinaire. et elle jure qu’il est capable d’entendre son cœur affolé ; le cœur qui bat pour lui.

le porte qu’elle ouvre un peu trop vite, le regard qui se décroche pour s’poser sur le chiot qui s’avance. le sourire qui s’étire sur ses lèvres, moue attendrie alors qu’elle s’accroupit, la main qui se tend doucement pour se faire accepter.
le bracelet qui tombe sur sa main,
souvenir d’une enfance lointaine, souvenir d’une âme en peine.
mais il y a la voix qui s’élève, qui la rappelle à l’ordre.
elle se redresse, le chaton qu’elle serre un peu plus contre elle. « .oh, bonjour, j’suis désolée. » qu’elle claironne alors qu’elle s’avance vers le bureau.
haneul qui se pince les lèvres ; qui ne regarde pas encore.
« .je, hm, j’ai fait aussi vite que j’ai pu. c’est pour lui. elle parle vite, alors qu’elle dépose le gilet sur la table, présentant le chaton qui se met doucement à miauler. .je … j’ai essayé… je sais pas si… » si il va s’en sortir, ce qu’il va se passer.
non, tout ce qu’elle a en mémoire, c’est la scène.
haneul qui n’arrive pas à détacher ses mains du gilet, qui ne sont jamais très loin de la victime. haneul, qui protège, comme une maman chat. « .est-ce que vous pouvez l’aider s’il vous plait ! il en a vraiment besoin ! »

haneul, qui n’a pas encore regardé,
haneul qui ne se rend pas compte, que devant elle,
le souvenir d’un passé qu’elle pensait perdue fait surface.


copyright SIAL

Voir le profil de l'utilisateur
avatar
☆ MESSAGES : 105 ☆ ARRIVÉE : 17/09/2017 ☆ PSEUDO : wonderland, kass. ☆ AVATAR : byun jungha, la belle. ☆ CRÉDITS : hoodwink (av) + tumblr (justwinterwonderland) (sign) ☆ WONS : 241

nothing comes even close to half of you.
and she thought i wonder how i would’ve ended up if you hadn’t walked into my life --



☆ ÂGE : vingt-trois ans -- haneul, c'est l'errance d'une vie solaire, vingt-trois étés indomptés.
☆ OCCUPATION : c'est l'enfant parmi les enfants, la blouse blanche qui impose le respect et la curiosité, haneul, elle déambule, le sourire qui rayonne tel un soleil sur le bout des lèvres dans le service de pédiatrie de l’hôpital universitaire de séoul
☆ STATUT/ORIENTATION : célibataire, depuis la nuit des temps. l'âme pure mais elle a l'cœur capturé, la gamine.
☆ POINTS : 400



Sujet: Re: l'passé au poignet. (haneul)    Lun 6 Nov - 10:47
l'passé au poignet


la fille s’approche du bureau. la vétérinaire est pas encore arrivée.
un jour peut-être, elle arrivera à l'heure. un jour peut-être elle sera là, quand le premier client arrivera. un jour, peut-être noriko sera payée pour ce qu’elle fait vraiment.
elle a pas eu la formation pour, non, bien sûr. mais pour beaucoup de problèmes, y’a pas besoin de formation. il suffit de s’y connaître, et d’avoir l’habitude de les soigner, les animaux. il suffit d’avoir passé son enfance à traiter les plaies de lions en faisant gaffe à pas s’faire bouffer la tête.
et y’a pas besoin d’master pour ça.
juste d'entraînement.

quelque soit l’animal que cette fille lui apporte, c’est probablement noriko qui va le soigner. ou si c’est pas pressé, le médecin, quand elle aura daigné se pointer. elle s’excuse, la fille.
et noriko fait pas attention. met la réflexion comme quoi elle connait cette intonation à l’arrière de son crâne. elle a fait vite.
ce sera noriko qui s’en occupera. c’est que c’est grave.
cela dit, elle va pas aller se fier à la constatation d’une personne qui connaît probablement rien aux animaux. si ça s’trouve, il a juste une grosse fièvre. ou faim. très faim.
et elle ouvre un gilet. qu’elle a posé sur l’comptoir. un chaton.
un chaton qu’a ni chaud, ni froid. ni particulièrement faim.
mais un chaton dont le miaulement est si faible, que finalement, cette fille avait pas tord. elle a bien fait d’aller vite.

et la jeune s’excite, s’inquiète. et noriko relève les yeux vers elle. et c’est perturbant, cette ressemblance. mais comme les intonations, comme l’accent, comme la voix, ça passe derrière. parce que c’est le chat d’abord. c’est cet être vivant d’abord.
alors elle sort ses mains de derrière son dos. et tant pis pour le bracelet. et elle parle.
et tant pis pour l’accent japonais qui trahira ses origines.
faut qu’vous vous calmiez. le stress, ça l’aidera pas à se rétablir. il le sent. ça multiplie probablement sa douleur. ou au moins son mal-être.

elle touche calmement, avec douceur, le chaton devant elle. relève quelques uns de ses poils, observe. et a cette soudaine envie de vomir en voyant les marques claires de doigts humains. ces monstres.
des plaies en minuscules ronds, probablement faits avec des compas. c’était des gamins. des petits cons.
et des plaies, plus bleus violacées. des coups de pieds, ou des coups de poings, peut-être. et le chaton semble épuisé.
il a essayé de courir.
de s’échapper.
noriko peut imaginer la scène comme si elle l’avait vu.
sauf que si elle avait été là. les gamins auraient pas survécus, eux.

elle relève la tête vers la jeune fille. lui fait un signe de la suivre dans l'arrière de la boutique. elle a le chaton, bien contre elle. et elle fait attention en marchant, à pas trop le bouger.
elle les emmène pas, en général, les clients, là où y’a la table, là où elle les soigne. mais elle.
elle. si.
parce que ce qu’elle avait enfermé le temps d'ausculter le chaton est sorti de la cage où elle l’avait mis.
et que cette fille, c’est peut-être elle. et que si c’est elle.
si c’est elle.

elle baisse les yeux. faut pas y penser.
elle pose le chaton sur la table, et prends ce dont elle a besoin pour le désinfecter.

elle lui expliquera pas que le médecin est pas arrivé. elle lui dira pas que du coup, elle fait les soins, et que même si elle a pas les diplômes pour, elle connait les animaux. elle se justifiera pas.

parce que si c’est elle.
elle a rien à justifier, noriko.
haneul par contre,
si.


copyright SIAL

Voir le profil de l'utilisateur

_________________
« realistic »
there are a lot of animals out there, that can talk, walk, laugh. kill each other. dare tell me they're humans.
©crackintime
avatar
Admin
☆ MESSAGES : 96 ☆ ARRIVÉE : 03/10/2017 ☆ PSEUDO : bermudes. ☆ DC : jiji premier du nom, joli doux jihei. ☆ AVATAR : limbora. ☆ CRÉDITS : SKATE VIBE. ☆ WONS : 126

Je suis misanthrope,
et je hais le genre humain.

Quant à toi, je voudrais que tu fusses chien
pour pouvoir t'aimer un peu.


Ave Mary A, where did you go ?
How did you know to get out of a world gone mad ?
Help me let go of the chaos around me, the devil that hounds me.
I need you to tell me :
child be still




☆ ÂGE : 25 yo.
☆ OCCUPATION : infirmière vétérinaire, éducatrice canin, et membre d'un gang, nettoyeuse.
☆ STATUT/ORIENTATION : misanthrope.
☆ POINTS : 451



Sujet: Re: l'passé au poignet. (haneul)   

Contenu sponsorisé

 
l'passé au poignet. (haneul)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» que c est il passé en Décembre
» La vitesse foudroyante du passé
» Le "pass contraception" au lycée bientôt généralisé ?
» [résolu] Où sont passées mes photos ?
» ça m'a passé sous le nez

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
→ ENTROPY :: Quartiers de Séoul :: Hongdae-
Sauter vers: